Sensibilisation à la sécurité routière pour 1500 collégiens

Lundi 4 et mardi 5 novembre, près de 1 500 élèves de troisième, venus de quinze collèges du pays de Dinan, ont participé à une opération de sensibilisation à la Sécurité routière à Trélivan. Cette action de prévention édifiante, qui aura coûté huit voitures et quatre scooters en deux jours, était organisée par les caisses locales Groupama du secteur de Dinan.

Pour mener cette opération d’envergure, 12 caisses locales des groupes de Dinan, Broons et Plancoët ont mutualisé leurs moyens. Séduite par le projet, la ville de Dinan a accepté de fermer l’aérodrome pendant deux jours et fourni toute la logistique nécessaire. Contactés par les présidents des caisses, les 15 collèges du territoire ont accepté l’invitation avec enthousiasme. La sous-préfecture a délivré ses encouragements… Il ne restait plus qu’à mettre en place

Quatre ateliers et des crashs

Les 15 collèges ont été répartis en 4 demi-journées et les élèves ont été accueillis et encadrés par 70 élus des caisses locales qui ont pris du temps pour cette organisation. Quatre ateliers étaient tout d’abord proposés :

  • Secours d’urgence avec les pompiers
  • Prévention et répression avec la gendarmerie
  • Parcours lunettes alcool avec la DDTM
  • Véhicule Testochoc

 « C’était ludique, ça nous a montré certaines choses : la position latérale de sécurité, les effets de l’alcool en regardant à travers des lunettes… Ça montre qu’il faut faire très attention » relate un collégien.

Les collégiens prenaient ensuite place autour de la piste pour des démonstrations de freinage et des simulations d’accidents avec Drag’Auto . Voiture contre scooter, voiture contre voiture : même à vitesse réduite (50km/h), les chocs et le bruit sont impressionnants. Ils ont parfois provoqué des réactions douloureuses à des élèves déjà marqués dans leur vie par des accidents de proches. La force de la démonstration marque les esprits autour de la piste. « Ça m’a choqué, j’ai sursauté au moment du choc. Et ce n’est qu’à 50. On n’imagine pas la violence quand ça va plus vite », livre une élève. Certains élèves s’interrogent déjà sur la demande de scooter qu’ils envisageaient de faire à leur famille.

Une réussite

Du côté prévention, le but a été atteint. Cette organisation a été longuement saluée par la sous-préfète de Dinan, Dominique Consille, qui est venue deux fois sur le site pour visiter les ateliers et assister aux crashs.
« Nos chiffres dans le département restent mauvais. Il est important de passer des messages auprès des jeunes. On espère qu’ils retiendront les images et qu’ils pourront passer quelques messages à leurs parents. » Elle a félicité et remercié l’ensemble des acteurs lors du pot de clôture